jeudi 24 mars 2011

Une étude sur la description du japonais (deuxième partie), par Maud Lemaître, Mouloud Hira et Paul-Eric Langevin


Une étude sur la description du japonais (deuxième partie)
       
Par : Maud Lemaitre, Mouloud Hira, Paul-Eric Langevin

Dans le souci d'éclaircir les données déjà à notre disposition, nous avons décidé de reprendre un certain nombre des données déjà organisées dans le compte rendu du 15/02 et de les modifier avec la nouvelle notation.

1-Inventaire des sons du japonais rencontrés jusqu'à maintenant:

Éléments prosodiques:

 Le ton haut de la voyelle sera à présent marqué par une majuscule sur la voyelle concernée.
 Le ton bas de la voyelle ne sera plus marqué (les voyelles basses seront donc en minuscules).

Ex : [Akikowanemuru]
      le A de Akiko est haut, le reste des voyelles sont sur le même ton bas.

Rappel pour la notation : dans un souci d’économiser le matériel de notation utilisé dans la transcription du japonais et d'en faciliter la lecture, nous avons admis que la différence entre [e] et [E] était très peu pertinente ce qui nous a permis de réduire l’utilisation majuscule et minuscule, de la lettre {e} pour ces deux sons à une seule forme [e]. Un travail similaire a été effectué,  [u] et [ə]  seront dorénavant transcrits [u]

[e] et [E] sont réduits à [e] que l’on prononcera «et» en ayant conscience que le même signe puisse réfère aussi à une voyelle un peu plus basse comme dans « est ». 

[u] et [ə] sont réduits à [u] que l’on prononcera « ou » mais sans arrondir les lèvres.
Le ton haut sera indiqué par des lettres en majuscules et le ton bas par des lettres en minuscules.

Application sur la liste déjà établie :

-Voyelles:

i/I         [Akiko]                         comme dans  « nid ».
e/E       [nemure]         comme dans “dé”
            [manabe]        
u/U       [nemuru]         (son absent en  français :
            [manabu]         un [u] moins arrondi qu'un “ou” français : voyelle haute centrale non arrondie)
o/O      [Akiko]             comme dans « pot ».
a/A       [Akiko]             comme dans « natte ».

-Voyelles longues:

e:         [dAnse:]
o:         [So:nem]                           ->revoir ce mot, apparamment ce n'est pas [So:nem] mais [So:nen]

-Glides (semivoyelles):

w          [wata$iwamanabu]      comme dans « noix ».

-Consonnes:

b          [manabe]                    comme dans « bas ».
t           [anAta]                                    comme dans « tas ».
d          [dAnse:]                      comme dans « dé ».
k          [kanodZo]                   comme dans « clé ».
g          [ohaiogozaimas]          comme dans « gant ».
s          [dzose:]                       comme dans « sac ».
z          [ohaiogozaimas]          comme dans « oiseau ».
$          [$O:Zo]                                    comme dans « chat ».
dz         [dzose:]                      comme dans « jeans ».
m         [nemuru]                     comme dans « miel ».
n          [nemuru]                     comme dans « nez ». 
r           [kAre]                          comme dans l'espagnol «cara ».
h          [ohaiogozaimas]          comme dans l'anglais « house ».
t$         [watAt$itat$i]               comme dans “tchat”

Un problème apparait quand on isole les mots des phrases pour savoir où se place la faille. Le mot ne se comporte pas isolément comme dans la phrase complète : où placer la faille?

Ex : kArErawanemuru
       kAre
Ex : Akiko
       akikoomiro

L'écrasement que l'on a établi entre les sons M et @ , e et E n'était pas pertinente : -morphologiquement ? (est ce que ce sont des morphèmes?)
-phonologiquement ?
-étaient- ce simplement des sons différents (niveau phonétique) ?

DEVOISEMENT D'UNE VOYELLE (NIVEAU PHONOLOGIQUE)

watat$itat$i         [watat$itat$i] : dévoisement de la voyelle en gras.

Comparaison avec  « je sais pas » et [$epa] en français où une partie de l'énoncé est tronqué.

2.LEXIQUE

« bonjour »                     ohaiogozaimas

Liste des noms rencontrés :

«Garçon(s)»                     $O:nem
«Fille(s)»                          $O:dZo
«Enfant(s)»                      kodomo
«Homme(s)»                    danse:
«Femme(s)»                    dZose:
«Akiko» (Prénom)            Akiko
“Sense”                            Professeur

Liste des pronoms :

“je (fille, femme, homme)                                        [wata$i]
«Je» (Garçon)                                                         [boku]
«Tu/toi»                                                                   [anata]
«Il»                                                                          [kAre]
«Elle»                                                                      [kAnodZo]
“Nous”                                                                     [wata$itat$i]
“Vous”                                                                     [anatatat$i]
“Ils”                                                                           [karera] 
“Elles”                                                                       [kanodZotat$i] 

On pouvait s'attendre à une formation régulière des pronoms du pluriel à partir des pronoms singuliers par l'ajout de [-tat$i]. En revanche pour la troisième personne du masculin pluriel, il semble qu'il y ait une forme préférable qui soit [karera], bien que la forme qui apparaissait comme régulière existe [karetat$i]. Tous les autres pronoms pluriel peuvent finalement se former aussi avec le suffixe [-ra] donc  [wata$ira]  [anatara] et [kanodZora] sont également possibles. On a donc deux pluriels possibles, avec une forme qui semble nettement préférentielle à l'usage, celle indiquée dans la liste ci dessus.

La distinction à la première personne de  singulier entre le “je” pour une fille, une femme, un homme :  [wata$i] et le “je” pour le garçon [boku] semble ne pas exister au pluriel.

Dans la plupart des langues, le nous est une personne très différente du je. “ILS” pluriel réfère à “plusieurs IL”, “VOUS” au pluriel réfère à “plusieurs TU”, en revanche, “NOUS” réfère rarement à “plusieurs JE”mais plutôt “JE +TU  + TU...” voire “+ LUI”, or le système de formation des pronoms en japonais semblerait placer “NOUS” comme “plusieurs JE”

Remarque : Le système des pronoms japonais est à peu près similaire à celui du français. Il spécifie la personne le nombre, et le genre pour certain pronom, notamment à la troisième personne. On n'a pas encore rencontré de déterminant. Si les pronoms servent à placer l'autre ou les autres par rapport à soi, s'ils servent à faire des anaphores dans un discours, comment situer un objet par rapport à soi. On a vu qu'il n'y avait pas de déterminant exprimé pour une différence entre un objet déterminé et un objet non déterminé (dZose: une / la femme).

Proposition : tenter de voir s'il existe des pronoms possessifs qui permettent de placer le possesseur par rapport à l'objet. De plus, on  a vu que les noms et les verbes ne marquaient pas le pluriel. En revanche, il existe des pronoms pluriels.

Liste des verbes

Ne sachant pas la forme de citation des verbes, on a choisi de les présenter dans la forme du présent.

nemuru       dormir
manabu      étudier
miru            voir / regarder

Remarque : le nombre ne semble être marqué ni sur le sujet, ni sur le verbe.
Ainsi $o:dZo wa  nemuru est une phrase qui signifie autant la fille dort que les filles dorment.

Remarque : le verbe  [miru] semble ne pas distinguer sémantiquement les manières passive et active comme voir et regarder en français. On pourrait tester avec d'autres exemples  (écouter et entendre pour prendre un exemple un peu simple)   

2-Flexion verbale (marquage temporel)

petit lexique de notation : pro = pronom
                                          sg = singulier
                                          nom. = nominatif (cas pour le sujet)
                                          acc. = accusatif    (cas pour l'objet)
                                          vb = verbe

Remarque : L'ensemble des mots rencontrés sont répertoriés dans le lexique. La phrase est accompagnée d'une analyse qui précise lexicalement le mot, ainsi que des indication grammaticales (le temps, le mode ou le cas). Les espaces sépare le nom et son cas, les espaces plus grands séparent les groupes selon leur fonction dans la phrase. Une traduction en français ne sera plus donnée.

1)Présent

wata$i     wa     mIru                      
pro.1 sg    nom.   voir présent                                     

$o:dZo wa    nemuru                     
           fille       nom. dormir présent

Akiko wa    nemuru                             
Akiko nom. dormir présent

           Akiko wa     manabu                        
Akiko nom.  étudier  présent                                      

2)Présent avec sujet et objet direct

Akiko wa    $O:nem  o       mIru              
Akiko nom.  garçon acc.       voir présent

$O:nem wa     Akiko o      mIru               
garçon   nom.   Akiko acc.   voir présent

3) Passé
          
          Akiko wa    SO:nem o       mIta                 
          Akiko nom.  garçon    acc.    voir passé

           
4)  Impératif

nemure                                                
dormir impératif                                                                     

miro                                                       
voir/regarder impératif                                                


5)  Impératif avec objet direct

 Akiko  o      miro                                    
            Akiko  acc.  vb impératif

-Le présent:

Hypothèse : La terminaison [u] sur les verbes semble être la marque du présent en japonais. 

Remarque :

Akiko wa    nemu-ttei-ru   (nemuru-> nemutteiru)
akiko nom. Vb présent

Hypothèse : On retrouve ce qui serait la base du verbe (?) ainsi que la marque du présent (?) et on remarque une forme infixée placée entre [nemu] et [ru]. En cours avait été émise l'hypothèse d'une marque de présent progressif.

-Le passé:

Hypothèse : forme du passé : [-ta].

Akiko wa     $O:nEm O     mItA
akiko  nom.   garçon     acc.  voir passé
                   
-L’impératif:

  nemure  
  dormir impératif

  miro
  regarder impératif

  Akiko wA ta$i   o     miro                          
  Akiko pro.1 sg   acc.  voir impératif

Remarque : Au niveau prosodique, on observe qu'il n'y a pas de faille

On peut parler d'une alternance [-e] / [-o]. Est ce imprévisible?

Hypothèse1 (du compte rendu précédent) :
La marque de l'impératif est liée à la classe du verbe (comme en espagnol par exemple).

Hypothèse 2 :
La marque de l’impératif est liée au contexte d’énonciation.

On pencherait plutôt pour l'hypothèse n°1 : question rediscutée en cours, voir si ça se confirme par la suite.


3) Flexion nominale - Marquage casuel

-En admettant -wa comme une marque de nominatif.
           
            Akiko    wa    nemuru
           Akiko    nom.  dormir présent                          
          
           Akiko    wa   manabu                                   
                        Akiko    nom. étudier présent

Rappel : L'hypothèse que -wa appartienne au verbe a été rejetée car [wa] n'est pas présent dans la forme d'impératif (ex :  miro). De plus, un groupe peut être inséré entre [wa] et le verbe.
 (ex :  Akiko wa $O:nem o mIru)

-En admettant -o comme une marque d'accusatif.

                 Akiko  wa  $O:nem  o     mIru
                Akiko  acc.  garçon     acc.  voir présent        
  
                 $O:nem wa    Akiko  o      mIru           
                 garçon  nom.   Akiko   acc.  voir présent

Rappel : [o] pourrait appartenir au verbe, mais son absence à l'impératif semble le démentir
(ex :  miro)

Question :
A priori, l'ordre des constituants est sujet objet verbe (SOV) . En admettant que  -wa est la marque du nominatif et -o celle de l'accusatif, une inversion sujet objet est-elle possible?
Si oui,change-t-elle le sens de la phrase? Ex :   Akiko  o  $O:nem   wa  mIru
dit autrement : l'ordre des constituants est-il libre?

STRUCTURE DE LA PHRASE

Akiko    wa            nemuru
akiko+wa : sujet      verbe dormir présent (indicatif)

Akiko  wa           $O:nem  o                    mIru
akiko+wa : sujet  garçon+o : objet direct     verbe voir présent (indicatif)

Akiko  o                       miro
akiko+o : objet direct     verbe voir présent (impératif)

On retrouve dans chacune de ces trois phrases une structure plus ou moins identique : le verbe est en fin de phrase, l'objet s'il est présent se trouve à gauche du verbe et le sujet est en tête de phrase.
Si -wa et -o sont effectivement des marqueurs de cas, il serait alors intéressant d'introduire dans la phrase d'autres éléments, comme une indication de lieu, par exemple, pour voir tout d'abord le marquage casuel que l'élément engendrerait, et pour voir à quel endroit il viendrait se placer dans la phrase.

4) Prosodie: l'intonation.

Soit la « faille intonative », placé sur une voyelle.
Soit l'hypothèse qu'une faille ne peut avoir lieu qu'une fois (montée ou descente) par groupe syntaxique. Dit autrement : un même groupe syntaxique ne peut pas supporter deux changements de ton.     
                   Ex1 : $o:dzo wa  nemuru
                    aucune faille               
                  
                   Ex2:  Akiko  / kAre
                   une faille dans le mot : une descente
                
                   Ex3:   Akiko wA nemuru        /        $o:nem wA manabu
                   une faille sur le nom, une sur le cas, l'ensemble du verbe est à la même hauteur
               
                   Ex4 : Akiko wa   $O:nEmO      miru
                            Akiko nom. garçon acc       voir présent
une faille dans le nom sujet, le reste du sujet et le cas (nom.) sont à la même hauteur, une montée sur l'ensemble de l'objet (cas inclus), une faille sur le verbe : deux descentes, une montée.
               
                   Ex5:   Akiko wa     $O:nEmO    mItA
                          akiko nom.   garçon  acc    voir passé
une faille dans le groupe sujet une montée sur l'ensemble de l'objet (cas inclus), et du verbe : une descente et une montée.
                   Ex6:          wAtA$I   wA     mIru
                                     pro 1 sg nom.    voir présent
le groupe sujet (cas inclus) et le début du verbe sont à la même hauteur, la faille passe dans le verbe : une descente.

Jusque là, l'hypothèse est valide : aucune montée et descente dans un même groupe syntaxique.

Remarque :
Dans l'exemple 4, une faille passe dans Akiko, une autre détache l'objet du sujet et du verbe.
Dans l'exemple 5, l'objet et la marque accusatif, et une partie du verbe sont dans la même faille.
Dans l'exemple 6, le pronom sujet, la marque nominatif  et une partie du verbe sont dans la même faille.
Donc la faille ne servirait pas à séparer les groupes syntaxiques.

Remarque : Akiko, quel que soit sa fonction dans la phrase accuse une faille qui descend après le premier A
Ex :  Akiko
        Akiko wa $o:nEm O miru
        $O:nEm wA Akiko o mIru
mais pas dans la séquence akikoomiro...

Rappel : Akiko nous avait dit que le fait de mettre un ton haut sur wA était une marque d'insistance sur le sujet (cf ex. 3).

(remarque de la semaine passée)

On remarque une tendance du ton bas à demeurer bas dans une même séquence, s' il y a déjà eu une descente précédemment. Ex : [Akikowanemuru] ou [anAtawamanabu].

C'est ce qu'on peut constater dans les données de cette semaine :

1.watA$i wa  miru : je vois

2.watA$i wa  nemuru : je dors
3.anAta wa  nemuru : tu dors
4.a. kArE wa nemuru : il dort                         b.  kAre  wa manabu : il étudie
5.watA$itat$i wa nemuru : nous dormons
6.anAtata$i wa nemuru : vous dormez
7.kArEra wa nemuru : ils dorment                                                            
8.kAnOdzOtat$i wa nemuru : elles dorment                                          

Rappel : Soit l'hypothèse qu'une faille ne peut avoir lieu qu'une fois par groupe syntaxique. Dit autrement : un même groupe syntaxique ne peut pas supporter deux changements de ton : ici ce n'est le cas ni dans 2., ni dans 3. ni dans 4b. ni dans 5., ni dans 6., ni dans 7.

On a rapidement dit en fin de cours que si une règle devait être violée en toute conscience, elle était violée à une place visible, c'est à dire sans tenter de se camoufler : à développer.

Hypothèses de la semaine dernière toujours à jour :

Avec une recherche un peu plus approfondie, peut-être pourrions-nous confirmer que le ton est la marque d'un accent lexical (cf remarque Akiko, phénomène un peu similaire mais pas non plus régulier avec $O:nEm et son marquage casuel qui se retrouve souvent en position haute)
 Akiko wa $O:nEm O miru / $O:nEm wA Akiko o mIru  / $O:nem

Pour les mots, est-ce que l'on pourrait établir des paires minimales avec des patrons prosodiques différents (comme en espagnol [ ka'nto] « je chante » vs [ kanto'] « il/elle a chanté »)?
Ceci reste à vérifier avec un mot connu en modifiant le(s) ton(s).

A examiner :

Voici quelques questions qui mériteraient d'être examinées lors des prochaines séances.

Questions posées dans le compte rendu de la semaine dernière toujours en cours :

-L'alternance de la marque de l’impératif est-elle liée au type du verbe?
-Quel est la marque du passé, [-a] ou [-ta]?
-Le ton est-il lexical, c’est-à-dire porté sur chaque mot, ou bien syntaxique? Ou est ce pour marquer une insistance?
-Existe-t-il d’autres cas? On peut faire des tests avec des verbes qui sélectionnent différents cas pour voir s'il en existe d'autres en japonais.


Nouvelles propositions :

-Tenter de voir s'il existe des pronoms possessifs qui permettent de placer l'objet par rapport au possesseur.

-Le verbe  [miru] semble ne pas distinguer sémantiquement une manière passive ou active comme voir et regarder en français. On pourrait tester avec d'autres exemples  ( ex : écouter et entendre )

-A priori, l'ordre des constituants est sujet objet verbe (SOV) . En admettant que  -wa est la marque du nominatif et -o celle de l'accusatif, une inversion sujet objet est-elle possible? Si oui, change-t-elle le sens de la phrase? Dit autrement : l'ordre des constituants est-il libre?
Ex :   Akiko  o  $O:nem   wa  mIru 

-Si -wa et -o sont effectivement des marqueurs de cas, il serait alors intéressant d'introduire dans la phrase d'autres éléments, comme une indication de lieu, par exemple, pour voir tout d'abord le marquage casuel que l'élément engendrerait, et pour voir à quel endroit il viendrait se placer dans la phrase.

-On a rapidement dit en fin de cours que si une règle devait être violée en toute conscience, elle était violée à une place évidente, c'est à dire sans tenter de se camoufler : discussion à reprendre. 


Une étude sur la description du japonais (première partie), par Fabien Andreani, Paul-Eric Langevin et Wanissa Kassah

Une étude sur la description du japonais

Première partie (15 Mars 2011)

Andreani Fabien, Paul-Eric Langevin, Wanissa Kassah

A-Le lexique du japonais

garçon(s) = [$O:nEm] (tu)/toi = [anAta] ou = [ka]
fille(s) = [$O:dZo] lui = [kAre] stupide =[oroka]
enfant(s) = [kodomo] elle = [kAnodZo] souvent = [yoku]
homme(s) = [dAnse:] vous = [anAtatat$i] école = [gakko:]
femme(s) = [dZose:] nous = [watA$itat$i] temple = [tera]
professeur = [sense:] ils = [kArEra] maison = [ie]
bonjour = [ohaio:gozaimas] elles = [kAnOdZOtat$i] classe = [kyo:shitsu]
(je)/moi = [watA$i] et = [to] intelligent = [ka$ikoi]
avion = [hiko:ki] mais = [ga] extérieur = [soto]

B-La phonologie et la phonétique du japonais

En japonais, l'accent se manifeste à travers un système de hauteur de sons.
Il existe deux hauteurs de sons, en général qualifiées de haut et de bas. On
marquera le ton haut de la voyelle par une majuscule sur la voyelle concernée et
le ton bas de la voyelle ne sera pas marqué donc les voyelles basses sont en
minuscules.

1-Inventaire des sons du japonais rencontrés jusqu’à maintenant

1.1-Les voyelles du japonais : longues, semi-voyelles

i [Akiko] comme dans « nid »
e [nemure] /[manabe] comme dans « dé »
u [nemuru]/ [manabu] comme dans « mou » mais moins arrondi
o [Akiko] comme dans « pot »
a [Akiko] comme dans « natte »
e: [dAnse:] voyelle longue
o: [SO:nEm] v o y elle longue
w [watA$iwamanabu] semi-voyelle co"mme dans « noix »
y [yokuieniiru] semi-voyelle comme dans « yes »

1.2-Les consonnes du japonais

b [manabe] comme dans « bas »
t [anAta] comme dans « tas »
d [dAnse:] comme dans « dé »
k [kAnodZo] comme dans « koala »
g [ohaiogozaimas] comme dans « guitare »
s [dzose:] comme dans « sac »
z [ohaiogozaimas] comme dans « zoé »
$ [$O:dZo] comme dans « chat »
dz [dzose:] comme dans « jeans »
m [nemuru] comme dans « miel »
n [nemuru] comme dans « nez »
r [kAre] comme en espagnol «cara »
h [ohaiogozaimas] comme en anglais « house »
t$ [watA$itat$i] comme dans « tchat »

2-Les différents phénomènes observables

2.1-Le dévoisement conditionné de la voyelle [i]

On a observé un phénomène de dévoisement de la voyelle [i] lorsqu’elle
est précédée d’une consonne sourde non voisée à savoir [$] dans le mot
[watA$(i)tat$i]®[watA$tat$i].

Interrogation 1 : Ce phénomène de dévoisement qui apparaît dans les conditions
décrites peut-il être généralisé à tous les mots présentant une construction
similaire ? Par exemple, il serait intéressant de se renseigner si [wata$iomiro]
pouvait se réduire à [wata$(i)omiro]®[wata$omiro].

2.2-La présence hypothétique de la consonne nasale [m] finale à l’oral dans
les mots japonais se terminant par la consonne nasale [n] finale à l’écrit
On a observé que la consonne nasale [n] finale à l’écrit dans les mots en
japonais vus jusqu’à présent tend vers la consonne nasale [m] à l’oral. Soient les
mots suivants : « aden », « kevin », « nihon », « yemen ». À l’oral, ils seront
prononcés : « ade(m) », « kebi(m) », « niho(m) », « yeme(m) ».

Remarque 1 : Soit le mot « kevin »®« kebim » : la prononciation à l’oral fait
apparaître la consonne [b] au lieu du [v]. Il se pourrait que cette apparition soit
le résultat d’une harmonisation vocalique régie par la présence du [m] en final
du mot.

Interrogation 1 : Serait-il possible que le mot [$O:nEm] soit en réalité écrit
[$O:nEn] avec une consonne nasale [n] finale ? Ce phénomène peut-il être
généralisé à tous les mots partageant les mêmes caractéristiques ?

2.3-La prononciation du [ii]
Soit la phrase « Je suis dans la maison » et en japonais
[watA$IwAIEniiru]. On a observé que [ii]®[yi] dans la prononciation à l’oral
qui donne [watA$IwAIEnyiru].

3-La faille dans les mots et les phrases du japonais
On a mis en évidence l’existence d’un accent à l’oral décrit par un ton
haut à certaines positions dans un mot ou dans une phrase. On a défini comme
étant une faille le passage d’un ton à un autre.

Un problème apparait quand on isole les mots des phrases pour savoir où
se place la faille. Le mot ne se comporte pas isolément comme dans la phrase
complète alors où place-t-on réellement la faille ?
Exemple (a) : [Akiko]/[akikoomiro]
Exemple (b) : [kArEwanemuru]/[kAre]

3.1-La faille avec les marqueurs [wa] et [o]
La faille peut avoir un sens d’accentuation. [AkikowAnemuru] a un
sens légèrement différent de la phrase [Akikowanemuru]. Dans le premier cas,
le locuteur veut mettre l’accent sur le fait que « C’est Akiko qui dort », dans le
deuxième cas, il n’y a pas d’accent. Ce type d’emphase peut être marqué par
[wa] et [o] et fonctionne avec presque tous les noms. Mais quand la dernière
syllabe d’un nom est haute, comme dans [$O:nEm], le [wa] et le [o] est haut
même si le locuteur ne veut pas faire l’emphase.
Remarque 1 : [wa] et [o] n’ont pas de hauteur propre, ils adoptent celle de la
syllabe précédente. Si la syllabe précédente est haute, ils restent hauts et ne
peuvent pas descendre.
Exemple (a) : [$O:nEm wA nemuru]/[akiko o miru]

C-La morphologie du japonais

1-Le passage du nominatif à l’accusatif

En anglais seul le pronom est marqué casuellement. Le passage du
nominatif à l'accusatif fait apparaître une telle marque : « he » devient « him » et
« she » devient « her » par exemple. Le mot ainsi formé, dépourvu de toute
marque morphologique, est doté d'un trait abstrait noté [+nom] relevant de sa
structure toute entière.
En japonais, le passage du nominatif à l'accusatif se fait en faisant
commuter [wa] avec [o].
Exemple (a) : « Je dors »
[wata$iwanemuru]
Exemple (b) : « Regarde-moi »
[wata$iomiro]

Hypothèse 1: Comme le présent est un temps de référence, son emploi se fait
sans auxiliaires, cet usage est seulement réservé aux verbes conjugués à d'autres
temps.

2-La formation de l’adjectif

Exemple (a) : « Je suis stupide dans la maison mais intelligent dehors »
[watA$IwAIEdewaorokadagasOtOdewakA$ikoi]
En ayant comme information de départ que le mot « stupide » signifie
[oroka], on observe une particule [da] suffixée à cet adjectif.
Hypothèse 1 : Cette particule s’utiliserait avec des adjectifs particuliers
appartenant à une catégorie différente de celle de l’adjectif [kA$ikoi] étant
donné que la particule est absente dans cet adjectif.

D-La syntaxe dans le japonais

Le japonais est une langue SOV dont la phrase suit l’ordre sujet-objet-verbe.

1-La question des pronoms personnels : construction, utilisation et
description

Dans la plupart des langues, le « nous » est une personne très différente du
« je ». « ils » pluriel réfère à « plusieurs il », « vous » au pluriel réfère à
« plusieurs tu », en revanche, « nous » réfère rarement à « plusieurs je » mais
plutôt « je +tu + tu... » voir «… + lui », or le système de formation des pronoms
en japonais semblerait placer « nous » comme « plusieurs je ».

Hypothèse 1 : On peut voir à travers la langue un aspect de la culture japonaise.
Considérer « nous » comme le pluriel de « moi » peut indiquer une volonté de
gommer les différences entre soi-même et les autres personnes du groupe pour
ne garder qu’une propriété commune : l’appartenance au groupe.

Hypothèse 2 : Ce n’est pas le cas, « nous » n’est pas le pluriel de « moi ». Dans
ce cas, il n’existe pas de mot pour «moi», les japonais utilisent une version
singulière de « nous » pour exprimer « moi ».

On pouvait s'attendre à une formation régulière des pronoms du pluriel à
partir des pronoms singuliers par l'ajout de [-tat$i] ou [-ra]. On a donc deux
pluriels possibles, avec une forme qui semble nettement préférentielle à l'usage.
Pour la troisième personne du masculin pluriel, c’est [-ra] qui semble être la
forme générale de préférence. Pour les autres pronoms, la forme [-tat$i] est
préférée. La distinction à la première personne de singulier entre le « je » pour
une fille, une femme, un homme : [watA$i] et le « je » pour le garçon [boku]
semble ne pas exister au pluriel.

On peut établir une règle élémentaire de construction du pluriel des
pronoms personnels du japonais :
pronom singulier + {[tat$i] ou [ra]} = pronoms pluriel

Remarque 1: Dans le pronom [kAnOdZOtat$i], il y une faille entre le pronom de
base et [tat$i]. Avec les marqueurs [wa] et [o], ceci n’est pas possible et
implique que les mots ne viennent pas de la même classe.

Remarque 2 : Chaque pronom rencontré jusqu’à présent peut être utilisé en
réponse à une question de la forme, « Qui a fait ça ? », ceci nous indique que
tous les pronoms sont des pronoms forts.

Remarque 3 : Dans une phrase, le pronom peut accueillir une marque de cas.

Remarque 4 : Le système des pronoms japonais est à peu près similaire à celui
du français. Il spécifie la personne le nombre, et le genre pour certains pronoms,
notamment à la troisième personne. On n'a pas encore rencontré de déterminant.
Si les pronoms servent à placer l'autre ou les autres par rapport à soi, s'ils servent
à faire des anaphores dans un discours, comment situer un objet par rapport à
soi. On a vu qu'il n'y avait pas de déterminant exprimé pour une différence entre
un objet déterminé et un objet non déterminé (dZose: une / la femme).

Interrogation 1 : On essayer de voir s'il existe des pronoms possessifs qui
permettent de placer le possesseur par rapport à l'objet. De plus, on a vu que les
noms et les verbes ne marquaient pas le pluriel en revanche, il existe des
pronoms pluriels.

2-Les particules du japonais

Nous avons observé qu’il existe en japonais des particules qui indiquent la
fonction grammaticale d’un mot ou d’une expression. Ces particules se placent
toujours après le mot ou l’expression auxquels elles se rattachent. Ainsi, la
phrase simple est construite selon le modèle suivant :
sujet_particule + complément_particule + verbe

2.1-Le marqueur nominatif [wa] et le marqueur accusatif [o]

On a montré que la particule [wa] est un marqueur nominatif qui sert à
déterminer celui qui fait l’action et la particule [o] est un marqueur accusatif qui
détermine l’objet qui subit l’action directe du verbe comme dans les exemples
ci-dessous :

Exemple (a) : « Akiko voit un garçon »
[Akikowa$O:nemomIru]
Exemple (b) : « Un garçon voit Akiko »
[$O:nemwaAkikoomIru]

Remarque 1 : En japonais, le marqueur nominatif [wa] se place après le groupe
nominal et indique que la suite de la phrase fournira une information sur le
thème de la phrase sur lequel l’attention de l’interlocuteur portera. On n’aura pas
une formation du type (x)[wa] + (y)[wa] mais :
{Σ (x,y...)=thème} + [wa] + {suite informative sur le thème}
Exemple (c) : « Akiko et Kevin étudient »
[AkikotokEbimwamanabu]

Remarque 2 : Une situation similaire se présente quant à l’utilisation du
marqueur accusatif [o] qui se place après le complément constitué de plusieurs
éléments comme dans l’exemple suivant :
Exemple (d) : « Akiko regarde le garçon et Kévin »
[Akikowa$o:nemtokEbimomiru]
En résumé, dans une phrase simple où les deux marqueurs sont présents la
construction se fera de la façon suivante :
{Σ (x,y...)=thème} + [wa] + {Σ (i,j...)=complément} + [o] + {suite informative sur le thème}

2.2-L’expression de la coordination « et » ; « ou » avec l’utilisation des
particules [to] ; [ka]

2.2.1-La coordination des noms
Exemple (a) : « Akiko et Kévin »
[AkikotokEbim]
Exemple (b) : « Akiko et Kevin étudient »
[AkikotokEbimwamanabu]
Exemple (c) : « Akiko regarde le garçon et Kévin »
[Akikowa$o:nemtokEbimomiru]
La particule [to] est utilisée pour désigner plusieurs noms et se place entre
deux noms qui sont les éléments de l’énumération.
Exemple (d) : « Akiko ou Kévin »
[AkikokaKEbim]

La particule [ka] se place entre deux noms et indique le choix entre les
éléments.

2.2.2-La coordination des verbes

Exemple (a) : « Akiko dort ou étudie »
[AkikowanemurukAmanabu]

On a observé qu’il n’est pas possible de dire « Akiko étudie ou dort » mais
l’inverse est possible. La raison d’une telle impossibilité reste encore floue.

Hypothèse 1 : La coordination de deux verbes quelconques doit se faire
autrement que par l’utilisation de la particule [kA].

Remarque 1 : 2 noms peuvent être coordonnés avec [ka] sans que cette particule
ne prenne une hauteur ; 2 verbes ne sont pas coordonnés de la même manière, il
faut obligatoirement que la particule [kA] soit haute.

2.3-L’allomorphie [ni]/[de] supposée de la préposition « dans » en japonais

Exemple (a) : « Je suis dans le temple »
[watA$IwAterAniiru]
Exemple (b) : « Je suis dans la maison »
[watA$IwAIEniiru]
Exemple (a’) : « Je suis dans la classe »
[watA$IwAkYO:shitsuniiru]
Exemple (b’) : « Je suis dans l’avion »
[watA$IwAhiko:kiniiru]
Exemple (c) : « Je ne suis pas dans la maison »
[watA$IwAIEniinai]
Exemple (d) : « Je n’étais pas dans la maison »
[watA$IwAIEnIInAkatta]
Exemple (e) : « Je dors dans la maison »
[watA$IwAIEdEnemuru]
Exemple (f) : « Je ne dors pas dans la maison »
[watA$IwAIEdenemuranai]
Exemple (g) : « J’étudie dans la maison »
[watA$IwAIEdEmanabu]
Exemple (h) : « Je suis souvent dans la maison »
[watA$IwAyokuieniiru]
Exemple (i) : « Je suis dans la maison à Tokyo »
[watA$IwAto:kyo:noieniiru]
Exemple (j) : « Je vais à l’école »
[watA$IwAgakko:niiku]

Remarque 1 : On observe que la préposition « dans » utilisée en japonais avec
le verbe « être » et avec le verbe « dormir » n’est pas la même. Il y a une
opposition [ni]/[de]. Dans le cas de la phrase de l'exemple (b), on utilise [ni], on
ne peut pas utiliser [de] ; mais dans le cas des exemples (e) et (g), on ne peut
pas utiliser [ni], on doit obligatoirement utiliser [de]. Dans l'exemple (j), on ne
peut utiliser la particule [de], on a supposé que c'était du fait que le verbe [iku]
était un verbe de déplacement.

Hypothèse 1 : On peut supposer que [ni] et [de] sont des allomorphes en
japonais car les formes erronées en [ni] ou [de] nous donnent malgré tout accès à
la compréhension de la phrase. [ni] indiquerait ici le lieu où se trouve quelqu’un
et marquerait la destination. [de] indiquerait ici le lieu de l’action. [ni] et [de]
peuvent être utilisés dans plusieurs circonstances différentes : ce seraient des
marqueurs locatifs.

On est en présence de deux formes distinctes :
ni + iru ou verbe de déplacement
de + verbe d’action

Exemple (k) : « Je suis stupide dans la maison mais intelligent dehors »
[watA$IwAIEdewaorokadagasOtOdewakA$ikoi]
On observe que la particule [de] est suivi de la particule [wa] présente
avant les adjectifs [oroka] et [kA$ikoi]. On suppose que la présence de cette
particule à cette position permet d’insister sur ce qui vient après c'est-à-dire les
adjectifs qualificatifs.

3-Les verbes : caractéristiques

Le verbe ne varie ni en genre, ni en nombre et se place toujours en fin de
phrase.

3.1-Les différents verbes et leurs caractéristiques

3.1.1-Le verbe [iru]

Exemple (a) : « Je suis dans la maison »
[watA$IwAIEniiru]

Hypothèse 1 : On pourrait considérer que le verbe [iru] est un verbe de présence.
Ce serait un verbe signifiant « être » mais indiquant une présence vivante à un
endroit.

Interrogation 1 : Comment dirait-on « La chaise est dans la maison » en
japonais ?

3.2-Le temps des verbes

On a constaté à travers les différents exemples que le temps d’un verbe en
japonais s'articule autour de sa terminaison.

3.2.1-Le présent

La terminaison [u] semble être la marque du présent en japonais.

3.2.2-Le présent progressif

Exemple (a) : « Akiko est en train de dormir »
[Akikowanemutteiru]
On peut mettre en évidence plusieurs éléments :
· [nemuru]®[nemutte]
· Verbe + [iru]®[ nemutteiru]

La terminaison [-ru] du verbe [nemuru] commute avec [-tte] suivi du verbe
[iru].

Hypothèse 1 : Le progressif se crée en substituant la dernière syllabe du verbe
par une terminaison déterminée, dans notre cas [-tte], suivi du verbe [iru] ou
« être » déjà mis en évidence.

3.2.3-Le passé

Exemple (a) : « Akiko a vu un garçon »
[Akikowa$O:nEmOmItA]
Exemple (b) : « J’ai étudié »
[watA$IwAmananda]
La terminaison du passé ne semble pas stable en raison du contraste
observable entre [-ta] pour le verbe [miru] et [-nda] pour le verbe [manabu].
Hypothèse 1 : Les deux verbes appartiendraient à deux groupes différents d’où
le contraste dans la terminaison.

3.2.4-L’impératif

Exemple (a) : « Étudie ! »
[manabe]
Exemple (b) : « Dort ! »
[nemure]
Exemple (c) : « Regarde ! »
[miro]

Le passé a permis de formuler l’hypothèse selon laquelle les verbes
[manabu] et [miru] appartiendraient à des groupes verbaux différents au vue de
leur terminaison très différente. Dans la continuité de cette hypothèse, on peut
formuler une nouvelle hypothèse :

Hypothèse 1 : Les verbes [nemuru] et [manabu] appartiennent à un même
groupe et voient leur voyelle finale se modifier en [-e] pour former l’impératif.
Le verbe [miru] voit sa voyelle finale se modifier en [-o].

3.3-La négation du verbe

3.3.1-La négation du verbe au présent

Exemple (a) : « J’étudie »
[wata$Iwamanabu]
Exemple (b) : « Je n’étudie pas »
[watA$IwAmanabanai]
Exemple (c) : « Je ne dors pas »
[watA$IwAnemuranai]
Exemple (d) : « Je dors »
[wata$Iwanemuru]
Exemple (e) : « Je suis dans la maison »
[watA$IwAIEniiru]
Exemple (f) : « Je ne suis pas dans la maison »
[watA$IwAIEniinai]

Remarque 1 : Dans la négation du verbe au présent, le verbe conserve la même
hauteur.

Remarque 2 : Dans une phrase négative au présent, on perd la marque [u] du
présent. De plus, l’affixe [nai] est utilisé pour former la négation du verbe au
présent.

Hypothèse 1 : Étant donné qu’on passe de [bu] à [banai] du présent à la négation
du présent, on peut supposer qu’en japonais il existe des terminaisons
préétablies en fonction de la terminaison du verbe au présent. En passant à la
forme négative, les verbes verraient leur terminaison modifiée en conséquence.

Signification Verbes Présent Négation du Présent
étudier manabu [-bu] [-bunai]
dormir nemuru [-ru] [-ranai]
être iru [iru] [inai]
regarder miru [-iru] [-inai] ?
aller iku [-ku] [-kanai] ?

3.3.2-La négation du verbe au passé

Exemple (a) : « J’ai étudié »
[watA$IwAmananda]
Exemple (b) : « Je n’ai pas étudié »
[watA$IwAmanAbAnAkatta]
Exemple (c) : « Je n’ai pas dormi »
[watA$IwAnemuranakatta]

Remarque 1 : Dans la négation du verbe au passé, le verbe est marqué par la
hauteur, sauf la 1ère syllabe et la structure finale [katta]. Le [i] final de la forme
[nai] dans la négation du présent commute manifestement avec la forme [katta]
pour former [nakatta].

Hypothèse 1 : [nakatta] est utilisé pour former la négation au passé des verbes
[manabu] et [nemuru].
Interrogation 1 : La négation au passé est-elle formée en affixant à tous les
verbes [nakatta] ?

A SUIVRE (ARTICLE SUIVANT)