dimanche 27 décembre 2015

Jacques Solomon « Rassembler tous les universitaires patriotes », par Martha Cecilia Bustamante



Jacques Solomon « Rassembler tous les universitaires patriotes »

Par Martha Cecilia Bustamante, Chercheur en Histoire et philosophie des sciences

Martha Cecilia Bustamante

Samedi, 4 Septembre, 2010

Humanité des Débats

Physicien et militant communiste, Jacques Solomon vécut la montée de Hitler au pouvoir en 1933. Il dénonça l’Allemagne nazie et s’opposa à la guerre, publiant ouvrages et articles dans des revues clandestines telles que la Pensée libre, cofondée avec Paul Langevin, ou l’Université libre…
Jacques Solomon est né le 4 février 1908 à Paris. Il était fils d’Iser Solomon, médecin radiologue, et d’Alice Habib, morte en déportation. Après des études au lycée Rollin, Solomon suivit les traces de son père en s’orientant vers la médecine. Préférant la physique et les mathématiques, il interrompit ce parcours au moment où il devint externe des hôpitaux de Paris. Ayant passé la licence à la faculté des sciences de Paris en 1927, il accompagna son père à Constantine où avait lieu le congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences. Il y rencontra Paul Langevin, qui le poussa à suivre son enseignement au Collège de France. Il entra dans le cercle proche du physicien en épousant sa fille Hélène en 1929 et en venant habiter dans son appartement, rue Vauquelin. Chez Langevin, Solomon eut d’abord l’occasion de rencontrer Einstein et d’autres grands savants de l’époque. Il se lia d’amitié avec le physicien marxiste Léon Rosenfeld. Tout en donnant libre cours à leur intérêt réciproque pour la philosophie politique, ils travaillèrent ensemble sur des problèmes de théorie quantique relativiste, sujet de la thèse de doctorat de Solomon.
Depuis l’affaire Dreyfus, le milieu scientifique parisien baignait dans des cercles intellectuels et politiques. Dans ce contexte, Solomon commença à fréquenter l’Union rationaliste et d’autres lieux dans lesquels sa pensée continua à se forger. Il vécut avec horreur la montée de Hitler au pouvoir en 1933. De plus, germanophone, il lut Mein Kampf et prit conscience du danger. En août 1934, au retour d’un voyage en Allemagne, en Suisse et en Union soviétique, Solomon et sa femme Hélène adhérèrent au Parti communiste, attirés par son ralliement à une stratégie d’union dont le mot d’ordre était le Front uni antifasciste. Solomon, âgé alors de vingt-six ans, se lança donc dans un double parcours, de physicien et de militant. En tant que physicien, il effectua des travaux sur les rayons cosmiques, la physique nucléaire et la quantification de la gravitation, séjournant dans les centres les plus prestigieux de la recherche scientifique européenne et bénéficiant d’une bourse de la Fondation Rockefeller. Il écrivit deux ouvrages issus de cours et de conférences au Collège de France, où il était boursier de la Fondation Peccot. Il devint ensuite chargé de recherche de la Caisse nationale de sciences et fut invité à participer au conseil Solvay de 1939 qui, depuis sa création en 1911, réunissait une élite scientifique très sélecte.
Le parcours du militant communiste fut aussi prenant que celui du théoricien. Passionné d’escalade et de montagne, Solomon « voulut convertir la montagne au communisme ». Membre du Parti, il devint, en 1935-1936, secrétaire, avec André Parinaud, de la cellule 426-428 du 5e arrondissement. En janvier 1936, il assista au congrès du Parti communiste à Villeurbanne. Après la victoire du Front populaire, Solomon fut envoyé en Angleterre par Jacques Duclos pour étudier le système fiscal anglais. Avec son ami Georges Politzer, il participa à la formation des militants à l’université ouvrière, créée en 1932 dans la tradition française d’universités populaires. Solomon y enseigna l’économie politique dans le contexte des problèmes de l’économie française, de la grande crise mondiale de 1929, des perspectives économiques du Front populaire et du passage du capitalisme au socialisme. Solomon contribua au développement des orientations intellectuelles du Parti, dans la droite ligne du XVIIIe siècle et de la Révolution française. Ils essayaient d’articuler le siècle des Lumières et les matérialistes français de l’époque avec la pensée marxiste. Dans ce contexte théorique, il écrivit un petit ouvrage, la Pensée française : des origines à la Révolution, édité à la fin de la guerre. Il publia entre 1937 et 1939 plus d’une vingtaine d’articles, dans la revue la Pensée, qu’il contribua à fonder avec Langevin, et aussi dans les Cahiers du bolchevisme, ou dans la revue Commune. Il affirmait les valeurs de la science et du rationalisme, de même que les valeurs de la société soviétique. Enfin, sans cesse, il dénonça l’Allemagne nazie, l’esprit munichois et s’opposa à la guerre.
En 1939, il fut mobilisé à Rouen dans les services de santé, puis replié dans le Calvados et à Agen d’où il fut démobilisé en 1940. Avec sa femme il prit le train à Montpellier et, après trente heures de voyage, ils se trouvèrent à Paris où ils avaient leurs relations. Le 1er septembre, lors d’une promenade à vélo, le couple Solomon rencontra Georges Politzer et sa femme, Maï, dans une rue proche de leur appartement, rue Vauquelin. Ils programmèrent un périodique, l’Université libre, qui allait dénoncer les hommes et la politique de Vichy. Solomon, en particulier, voulait rassembler tous les universitaires patriotes sans exception de parti ou de convictions religieuses. La sortie du premier numéro fut accélérée à cause de l’arrestation de Langevin, le 30 octobre. Il parut en novembre, avec un éditorial qu’on attribue soit à Solomon seul, soit à Solomon et à Politzer. Ils continuèrent la publication des autres numéros malgré les difficultés à se procurer le stencil et le papier. Solomon participa aussi à la publication de la Pensée libre qui fit suite à la Pensée.
En janvier 1941, le travail militant étant devenu trop dangereux, Solomon et sa femme « passèrent dans le brouillard ». Ils quittèrent leur résidence et allèrent à plusieurs endroits, y compris chez des amis. Solomon fut arrêté le 2 mars 1942 dans un café parisien, en même temps que le docteur J. Bauer – tous les deux travaillaient pour l’Université libre. Interné au dépôt à la prison du Cherche-Midi, il fut transféré à la Santé. Il put y rencontrer sa femme qui, ayant été arrêtée à la gare Saint-Lazare le lendemain de l’arrestation de son mari, venait d’être transférée elle aussi dans cette prison. Selon son témoignage, il était très affaibli et avait une blessure importante derrière la tête. Ce fut leur unique et dernière entrevue. Solomon fut fusillé au mont Valérien comme otage, le 23 mai 1942.

Article wikisource sur Philippe Pinel, par Paul-Eric Langevin

Philippe Pinel
•  Fac-similés
•  Biographie
•  Citations
•  Médias
 
Philippe Pinel
Scientifique, médecin, neurologiste et psychiatre français ()

 

 


Œuvres

  • Nosographie philosophique, ou la méthode de l'analyse appliquée à la médecine (2 volumes, 1798) Volume 1 Volume 2
  • Rapport fait à l'École de médecine de Paris, sur la clinique d'inoculation, le 29 fructidor, an 7 (1799) lire en ligne
  • Traité médico-philosophique sur l'aliénation mentale ou La manie (1800) lire en ligne
  • La médecine clinique rendue plus précise et plus exacte par l'application de l'analyse : recueil et résultat d'observations sur les maladies aigües, faites à la Salpêtrière (1802) lire en ligne
  • Jurisprudence médicale. Résultats d'observations pour servir de base aux rapports juridiques (1817) lire en ligne
  • Lettres de Pinel, précédées d'une notice sur sa vie par son neveu, le Dr Casimir Pinel (1859)

Bibliographie

  • Genèse de la psychiatrie : les premiers écrits psychiatriques de Philippe Pinel, édité par Jacques Postel (1981)
  • Comprendre et soigner : Philippe Pinel (1745-1826), la médecine de l'esprit, par Dora Weiner (1999)
  • Philippe Pinel et son oeuvre: au point de vue de la médecine mentale, par René Sémelaigne (2001) lire en ligne

Autres

  • Philippe Pinel en 1784, Un médecin "étranger" devant la Faculté de Médecine de Paris lire en ligne

Article wikipedia sur Pierre Balascheff, par Paul-Eric Langevin

Pierre Balascheff

Pierre Balascheff est un musicographe, musicologue, traducteur et auteur dramatique français d'origine russe.

Sommaire

Biographie

Il avait une grande culture musicale et a participé à l'édition de nombreux livres de musicologie dont le Précis de musicologie édité par Jacques Chailley en 1958, ainsi que le Larousse de la musique édité par Marc Vignal en 1982.
Il a aussi été responsable de l'édition de nombreux enregistrements musicaux1,2.
Enfin, il a écrit en 1939 une comédie en 3 actes, intitulée Laïos, sous le pseudonyme de Pierre Blascet3.

Bibliographie

  • Pierre Blascet, Laïos, comédie en 3 actes, 1939, 220 pages.
  • Précis de musicologie, dirigé par Jacques Chailley, contribution, 1958.
  • Larousse de la musique, dirigé par Marc Vignal, 2 tomes, contribution, 1982.

Discographie

Edition d'enregistrements de: Joseph Haydn, Jean-Sébastien Bach, Antonio Vivaldi, Arnold Schönberg, Franz Liszt, Scarlatti, Gustav Mahler, Wolfgang Amadeus Mozart, Anton Bruckner, Richard Strauss, Franz Schubert, Ludwig van Beethoven, Alban Berg, Ferruccio Busoni, Carl Maria von Weber, Carl Orff, Jules Massenet, Richard Wagner, Gioachino Rossini, Benjamin Britten, Johannes Brahms, Felix Mendelssohn, Giuseppe Verdi, Georges Bizet, Antonin Dvorak, etc...

Références

Article wikipedia sur Henri Hell, par Paul-Eric Langevin

Henri Hell

Naissance
Décès
Activité principale Critique littéraire, Critique d'art, Critique musical, Musicologue
Style Musique classique, Musicologie, Critique musicale, Critique littéraire
Éditeurs Plon, Fayard
Œuvres principales
Francis Poulenc, L'amour vagabond, Un regard
Henri Hell, pseudonyme de José Enrique Lasry, est un critique littéraire, critique musical, chroniqueur d'art et musicologue français né en 1916 et décédé en avril 1991.

Biographie

Henri Hell a collaboré comme critique littéraire à Fontaine, à Combat, à la Table Ronde, à l'Express, au Nouvel Observateur, au Monde, à la N.R.F.. Il a assisté Max-Pol Fouchet à la direction de la revue Fontaine. Il a été critique musical à la Revue Musicale, au Nouveau Candide, à la Table Ronde, à la Gazette de Lausanne, au Mercure de France. Il a été directeur des éditions Fayard. Enfin, il a publié1 un ouvrage de référence sur Francis Poulenc aux éditions Fayard2. Il a aussi été chroniqueur d'art.

Bibliographie

Références

Article wikipedia sur Moïse Haissinsky, par Paul-Eric Langevin

Moïse Haissinsky

Naissance
Taracha (Ukraine)
Décès (à 77 ans)
Paris (France)
Champs Physique
Institutions CNRS, Faculté des sciences de Paris
Renommé pour Travaux en radiologie
Moïse Haissinsky est un physicien et radiochimiste franco-ukrainien né le 4 novembre 1898 à Taracha en Ukraine et décédé le 12 février 1976 à Paris.

Biographie

Il est arrivé au Laboratoire Curie en 1930, a collaboré avec Marie Curie, puis est devenu directeur scientifique au CNRS et professeur de radiologie à la Faculté des sciences de Paris de 1957 à 1962. Il a publié de nombreux ouvrages de physique et de chimie1 en français ainsi qu'en anglais2. Il a notamment travaillé sur le protactinium3.
Il est le père du scientifique Jacques Haissinsky.

Bibliographie

  • L'atomistique moderne et la chimie, préface de Paul Langevin, 1932.
  • Les radiocolloïdes, Paris, Hermann, 1934.
  • Le polonium, Paris, Hermann, 1937.
  • Électrochimie des substances radioactives et des solutions extêmement diluées, 1946.
  • Effet Szilárd et Chalmers : Transformations chimiques accompagnant les réactions nucléaires, 1949.
  • L'état actuel du système périodique des éléments chimiques, 1951.
  • Progrès récents de la chromatographie, avec Michael Lederer, 1952.
  • Actions chimiques et biologiques des radiations, dirigé par Moïse Haissinsky, 1955.
  • Irène Joliot-Curie, les Lettres Françaises, 1956.
  • La chimie nucléaire et ses applications, 1957.
  • Actions chimiques provoquées par les processus et les rayonnements nucléaires, 1960.
  • Constantes sélectionnées: rendements radiolytiques, Pergamon Press, 1961.
  • Nouveau traité de chimie minérale, dirigé par Moïse Haissinsky et Paul Pascal, Paris, Masson, 1962.
  • Tables de constantes et données numériques, avec Michel Magat, 1963.
  • La structure des atomes et des molécules, par Viktor Kondrat'ev, préface de Moïse Haissinsky, Paris, Masson, 1964.
  • Radiochemical Survey of the Elements Principal Characteristics and Applications of the Elements and Their Isotopes, avec J.P. Adloff, 1965.
  • Le Laboratoire Curie et son apport aux sciences nucleaires, 1971.

Références

samedi 26 décembre 2015

Bibliographie de Paul-Eric Langevin (articles, essais, listes,nouvelles, poésies, stages, chroniques)


Bibliographie de Paul-Eric Langevin 
(articles, essais, listes, nouvelles, poésies, stages, chroniques)

Listes
-Fonds de documentation sur l’œuvre de Paul-Gilbert Langevin
-Fonds de documentation sur l’œuvre de Paul Langevin
-Références bibliographiques et notes de cours d’Eliane Montel-Langevin

Articles de recherche
-Emile Benveniste et les études indo-européennes, avec Bernard Colombat (Laboratoire HTL)
-Une étude du français préclassique, évolution de l’utilisation des pronoms démonstratifs et des déterminants, avec Benjamin Fagard (Laboratoire LATTICE)
-La controverse entre Lacan et Derrida, avec Olivier Douville (Espace Analytique)
-Réflexions sur Stéphane Lupasco, sa vie, son œuvre, sa pensée

Autres articles
-Notes à propos de quelques groupes intellectuels et artistiques (Solvay, Bourbaki, Oulipo, Pataphysique, Dada, Groupe mu, Cerfi, Eranos, Bloomsbury)
-Sorbonne Plage, communauté de scientifiques créée par Louis Lapicque et Charles Seignobos
-Chroniques de l’Arcouest, histoire d'une famille de scientifiques au cours du XXème siècle
-Visite d’un quartier scientifique et souvenirs de Noémie Koechlin
-Notes et dessins de Théorie des nœuds, d’après Jean-Michel Vappereau
-La théorie du chaos et les fractales, avec Rodolphe Sarrouf
                                                                                                                                            
Articles de Linguistique
-Analyse phonétique d’un extrait sonore, avec Fabien Andreani
-Une étude sur la description du Japonais, avec un groupe de linguistique de terrain
-L’acquisition des énoncés elliptiques en anglais, présentation de l’article de Jonathan Ginzburg et Dimitra Kolliakou, avec Mouna Abid
-Commentaire de l’article de Claude Muller sur les inversions du sujet, avec Alain Rouveret
-Le langage et le raisonnement logique chez l’enfant, lecture de Jean Piaget et Henri Wallon
-Le langage et son utilisation par l’enfant, lecture de Jean Piaget et Henri Wallon
-Une étude sur la phonologie, avec Maud Lemaître
-Rapport sur l’inventaire phonétique et phonologique du Kabyle, avec Ioana Chitoran
-Enquête sociolinguistique sur le bilinguisme, avec Natalia Galescu, Wafa Khemiri et Chiara Erroi
-Commentaire de l’article de Louis-Jean Calvet sur les origines de la sociolinguistique, avec Juliette Delahaie
-Commentaire de l’article de sémantique de David Beaver et Cleo Condoravdi, avec Pascal Amsili
-Réflexions sur le langage et l’écriture, avec Jean-Baptiste Beaufils (séminaire Transespace)
-Proposition de classement des verbes désadjectivaux, avec Fabien Andreani et Maiol Gispert Garreta
-Les voyelles du français, avec Matias Calderon
  
Essais
-Jeunes filles en fleur
-Remarques à propos de quelques écrivains
-Carnets de voyage
-Carnet de notes du voyage en Autriche
-Carnet de notes du voyage à l'Ile de Ré

Nouvelles            
-Hanako
-Manu
-Marie
-Alda
-Samira

Poésie
-Recueil de poèmes, par Paul-Eric
-Au café Mollard, poème en prose, par Paul-Eric

Rapports de stage
-Rapport de stage en orthophonie, avec Jeanne Assuied
-Rapport de stage en école primaire, école Nove-Josserand

Chroniques radio
-L’œuvre de Steven Pinker, psychologue cognitiviste, avec Thibaud Dumas
-Hypnose et psychanalyse, avec Thibaud Dumas
-Histoire de la mécanique quantique, avec Thibaud Dumas
-Sorbonne Plage, avec Thibaud Dumas
-Interview de Jean-Paul Krivine, avec Bernard Graber
-Interview de François Dubet, avec Bernard Graber
-Interview de Jean Baubérot, avec Bernard Graber                                                                  

Autres 
-Notes des cours de Jean-Michel Vappereau
-Notes mathématiques diverses
-Textes d’atelier d’écriture, avec Jean-Pierre Maume et Sophie Fabius

Articles Wikipedia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:Paul-Eric_Langevin


Articles Wikisource
https://fr.wikisource.org/wiki/Utilisateur:Paul-Eric_Langevin

Articles Wikilivres
http://wikilivres.ca/wiki/User:Paul-Eric_Langevin